Cyril ROUQUAIROLAnge Vert  Site en hommage à Cyril Rouquairol
"Un ange vert veille sur nous"
Logo de l'association   
   Accueil Accueil  |  CRT CRT  |  Sorties Sorties  |  Courses Courses  |  Informations Informations  |  Messages Messages  |  Vidéos Video et liens  |  Blog Blog  

15 mars ... Cyril, Stinger ... Happy Birthday !!!

   Authentification
Login 
Mot de passe 

   Récemment ajouté
Sortie Sortie ALES - 4G
Vidéo  Fin de journée
Vidéo  Vidéo coaching après-midi
Vidéo  Vidéo coaching matin
Sortie Alès - Open Mutuelle des Motards

   Lâchez-vous !
Laisser un messageLe site vous plaît ?
Un commentaire sur une photo ?
Faites-le savoir en remplissant ce formulaire.

Contacter Stingmaster !!!

   Météo
Dept 38 : Météo de l'Isère
Dept 26 : Météo de la Drôme

 Informations Informations Informations générales

Informations

Les fiches de réglages FMP
Posté par *stinger38, le 04 octobre 2016
 
Retrouvez les fiche de réglages FMP
Fiche Vierge

Hitting the apex ... le teaser   Mise à jour le 1441057494
Posté par *stinger38, le 31 août 2015
 
Le teaser

« Hitting the apex », ou « toucher le vibreur »
 Voici la bande-annonce d’un film de Mark Neale qui sortira en salle le 2 septembre au Royaume-Uni. C’est du gros calibre.  
 
En DVD, Blu-Ray et numérique à partir du 7 septembre.


Hitting the apex
Posté par *stinger38, le 22 août 2015
 
Cliquez sur le lien ... a voir !

Hitting the apex



9 ans déjà ...
Posté par *stinger38, le 05 décembre 2013
 

Cyril 19 ans (KXMAN) c'est mon neveu, le fils de stingvert et fazgirl. Il est parti le 05 décembre 2004 en assouvissant sa passion, la moto.

Ce n'est pas la moto qui l'a tué, il a été victime d'un arrêt cardiaque sur sa moto.

Mais merde, à 19 ans, c'est vraiment pas juste.
Je suis de tout coeur avec toi grand, nana et titi.
fais chier
A toi cyril ...........

Sous la minute a CAROLE !
Posté par *stinger38, le 16 juillet 2013
 
Record du tour au Circuit Carole en 59''462 pour le GMT 94


Trente ans que l’on attendait ça. Quel pilote, quel spectateur, quel officiel de course ne s’est jamais posé la question : »descendra t’on un jour sous la minute à « Carole » ? Seul circuit français entièrement dédié à la moto, le tracé parisien accueille les motards de tous les horizons.  
Beaucoup de pilotes y ont débuté. Records après records, courses après courses, les chronos n’ont cessé d’évoluer jusqu’au début des années 90. Depuis, nombreuses ont été les tentatives pour tenter de descendre sous la minute. David Checa (Yamaha R1 Michelin GMT 94)  est devenu aujourd’hui le premier pilote à l’avoir réalisé en 59’’462. Il inscrit son nom sur les tablettes d’un circuit emblématique par son accessibilité et sa vocation tant sociale que sportive.
 
Christophe Guyot : « Ce nouveau temps de référence réalisé avec le concours de la FFM et de ses chronométreurs officiels concrétise le rêve de nombreux pilotes et motards. David Checa pourra être fier d’avoir été le premier à atteindre cet objectif. Je voudrais le remercier ainsi que mon équipe, Michelin et l’ensemble de mes partenaires pour cette performance qui restera l’un des moments forts de notre histoire ».
 
David Checa : « Je suis très heureux pour Christophe et pour toute l’équipe. Carole est un symbole en France.  J’adore le circuit. Notre Yamaha R1 était parfaite. Puissance en ligne droite, agilité en courbes et mes pneus de course Michelin sont les atouts qui m’ont permis d’aller jusqu’à 59’’90.  Ensuite, c’est Michelin qui a fait le reste. Je suis content parce que j’ai réussi à rouler plus vite avec les pneus de qualifications qu’avec les pneus de course que je préfère d’habitude. »
 
Roland Bernard (Responsable d’exploitation du circuit Carole) : « Ce nouveau record vient apporter un nouveau souffle à un circuit que la FFM a pour ambition de moderniser tout en conservant son tracé et le sens de son action originelle en direction des motards. J’ai été ravi d’assister à l’exploit réalisé par David Checa et le GMT 94. Ce moment restera gravé dans nos mémoires. »
 
Alexandre Kowalski (Yamaha Motor France) : « Nous sommes très fiers de cet exploit réalisé par David Checa avec sa Yamaha R1 équipée de pneus Michelin et toutes les personnes qui ont contribué à l’établissement de ce record. Le chrono de 59’’462 vient clôturer les nombreuses tentatives menées pour descendre sous cette barre symbolique de 1’00’’00. Je suis persuadé que Yamaha France, la FFM et le circuit Carole que nous soutenons, écriront encore de belles pages sur ce tracé cher à de nombreux motards et pilotes ».

Nouveau record du tour du Circuit Carole
Posté par *stinger38, le 25 juin 2013
 
 
Le 23 Juin 2013, le record du tour est tombé. David Checa au guidon de la Yamaha R1 Michelin du GMT 94 s’est offert un chrono de 1’00’’289. Pourtant les conditions météo n’étaient pas favorables. Les gouttelettes de pluie n’ont jamais quitté un ciel chargé de nuages. 
David Checa décidait de rouler malgré tout. Après 30 minutes de roulage en pneus de course, et des chronos proches de 1’00’’5,  il s’arrêtait une dernière fois pour passer un pneu tendre. A peine reparti, les gouttelettes d’eau se sont fait un peu plus denses. David produisait cependant l’effort pour s’emparer du record du tour.
 
David Checa : « Je suis très heureux. Bien sûr que j’aurais aimé passer sous la minute. C’était à notre portée. Mais nous avons rempli notre objectif et cela me fait plaisir pour le team, pour Michelin et pour Christophe à qui ce projet tenait à cœur ».
 
Christophe Guyot : « David Checa est un sacré pilote. Quelle énergie. Combien n’auraient pas pris la piste dans ces conditions ? David n’abandonne jamais. Il donne tout. 10 ans que cela dure et pourtant les émotions qu’il apporte sont toujours plus fortes. Un grand merci également à Michelin sans qui cette performance n’aurait pas été possible ».

Saison 2011
Posté par *stinger38, le 16 novembre 2010
 

ça se précise, bientôt des infos içi banane

 

Bon ça bouge sans arrêt, j'ai quand même mis a jour les dates de courses Calendrier 2011 (calendrier prévisonnel en date du 23/12/2010 de la FFM).

Je vous tiendrais au courant des changements ...


CAROLE 2010 - Les horaires
Posté par *stinger38, le 15 septembre 2010
 

Samedi 25 septembre 2010

8h30-8h45 Trophée de France Roadster Cup 600 Essais qualificatifs 1 15 min
8h50-9h05 Promotion Cup 600 Essais qualificatifs 1 15 min
9h10-9h25 Twin Cup Essais qualificatifs 1 15 min
9h35-9h50 Promotion Cup 1000 Essais qualificatifs 1 15 min
9h55-10h10 Challenge des Monos Essais qualificatifs 1 15 min
10h15-10h30 Endurance Racing Twin brassard Bleu Essais qualificatifs 1 15 min
10h40-10h55 Challenge Protwin Essais qualificatifs 1 15 min
11h00-11h15 Endurance Racing Twin brassard Blanc Essais qualificatifs 1 15 min
11h20-11h40 Trophée de France Roadster Cup 600 Essais qualificatifs 2 20 min
11h50-12h10 Promotion Cup 600 Essais qualificatifs 2 20 min
12h15-12h35 Twin Cup Essais qualificatifs 2 20 min
12h40-13h00 Promotion Cup 1000 Essais qualificatifs 2 20 min
14h00-14h20 Challenge des Monos Essais qualificatifs 2 20 min
14h25-14h45 Endurance Racing Twin brassard Bleu Essais qualificatifs 2 20 min
14h50-15h10 Challenge Protwin Essais qualificatifs 2 20 min
15h15-15h35 Endurance Racing Twin brassard Blanc Essais qualificatifs 2 20 min
15h50 Trophée de France Roadster Cup 600 Course vitesse 20 tours
16h30 Promotion Cup 600 Course vitesse 20 tours
17h15 Promotion Cup 1000 Course vitesse 20 tours
18h00 Twin cup Course longue 1h
20h00 Brieifing Obligatoire

Dimanche 26 septembre 2010

8h30 Endurance Racing Twin Endurance 3h30
12h20 Challenge des Monos Course 21 tours
14h00 Challenge Protwin Course 21 tours
14h45 Trophée de France Roadster Cup 600 Course longue 1h
16h00 Twin Cup Course vitesse 20 tours
16h45 Promotion Cup 600 Course longue 1h
18h00 Promotion Cup 1000 Course longue 1h

Le Vigeant 2010 - les horaires
Posté par *stinger38, le 24 août 2010
 

Vendredi 3 septembre 2010

9h00-13h00 14h00-19h00

9h00-12h30 14h00-19h00

14h00-18h00 BRIEFING OBLIGATOIRE PAR CATEGORIE

Samedi 4 septembre 2010

8h30-8h45 Promotion Cup 1000 Essai qualificatif 1 15 min

8h50-9h05 Trophée de France Roadster Cup 600 Essai qualificatif 1 15 min

9h10-9h25 Twin Cup Essai qualificatif 1 15 min

9h35-9h50 Promotion Cup 600 Essai qualificatif 1 15 min

9h55-10h10 Classic 17 Essai qualificatif 1 15 min

10h15-10h35 Championnat de France VMA Classic Essai qualificatif 20 min

10h45-11h00 Challenge des Monos Essai qualificatif 1 15 min

11h05-11h25 Championnat de France VMA Post Classic Essai qualificatif 20 min

11h30-11h50 Promotion Cup 1000 Essai qualificatif 2 20 min

12h00-12h20 Trophée de France Roadster Cup 600 Essai qualificatif 2 20 min

12h25-12h45 Twin Cup Essai qualificatif 2 20 min

13h45-14h05 Promotion Cup 600 Essai qualificatif 2 20 min

14h10-14h30 Classic 17 Essai qualificatif 2 20 min

14h35-14h55 Challenge des Monos Essai qualificatif 2 20 min

15h10 Promotion Cup 1000 Course vitesse 13 tours

15h50 Trophée de France Roadster Cup 600 Course vitesse 13 tours

16h30 Twin Cup Course vitesse 13 tours

17h10 Promotion Cup 600 Course vitesse 13 tours

17h50 Championnat de France VMA Classic Course 1 11 tours

18h30 Classic 17 Course 1 12 tours

19h50

Dimanche 5 septembre 2010

8h50 Championnat de France VMA Post Classic Course 1 11 tours

9h35 Promotion Cup 1000 Course longue 1h

10h50 Promotion Cup 600 Course longue 1h

12h05 Championnat de France VMA Classic Course 2 11 tours

14h00 Classic 17 Course 2 12 tours

14h45 Twin Cup Course longue 1h

16h00 Challenge des Monos Course 12 tours

16h45 Trophée de France Roadster Cup 600 Course longue 1h

18h00 Championnat de France VMA Post Classic Course 2 11 tours

Version 2 du 5 juillet 2010

Horaires Prévisionnels WERC - Le Vigeant - 4 et 5 Septembre 2010

BRIEFING OBLIGATOIRE

Essais Libres

Contrôles Administratifs et Techniques


Leçon de pilotage 6 : rouler en paquet et dépasser
Posté par *stinger38, le 28 mai 2010
 

Par Bernard Garcia le 20/03/2009 14:01
A partir du moment où vous mettez les roues sur un circuit, il faut vous faire à l’idée de partager la piste. Rouler en paquet peut faire perdre les moyens de certains, mais à part sur un tour de « Superpole », il faudra toujours composer avec les autres, que ce soit en course ou en essais. L’idéal est de se servir de vos adversaires sur la piste pour progresser encore, que ce soit pour signer un chrono, ou pour gagner des places. « Lièvres »

En Grands Prix, vous voyez souvent les pilotes attendre de prendre une roue lors des essais pour signer un tour chrono. Avoir un « lièvre » un peu plus rapide devant soi permet en effet d’accentuer encore un peu plus son rythme. Cependant, si en 250 et surtout en 125, prendre une roue est une habitude courante, dans nos courses nationales cela peut être un peu moins bien perçu. Du coup, certains se sont habitués à signer leur chrono tout seul, comme des grands, d’autres font des temps de qualifications moyens et préfèrent attendre la course et la motivation de rouler en paquet.

« Je t’ai pourri »

Quand vous vous retrouvez en paquet, il ne faut surtout pas rester sagement derrière le groupe à attendre que tout le monde s’accroche pour gagner la course. Faut pas rêver, ça arrive très rarement ! Mais vous pouvez jouer le coup de l’intimidation : légèrement décalé par rapport à votre trajectoire idéale, vous pouvez rentrer dans une courbe avant le point de corde, de façon à croiser, à l’accélération, la trajectoire du pilote qui vous précède, ou tout simplement vous retrouvez à côté de lui pour lui faire le freinage au virage d’après.
Pour faire un beau freinage, ne vous décalez pas trop du pilote que vous voulez doubler, mais rasez-le de manière à l’intimider, d’une part, mais surtout de ne pas vous retrouver dans une partie sale de la piste et risquer la chute. Placez-vous à côté de lui, et observez où il freine afin d’attraper vos freins un poil plus tard que lui. Gardez quand même un œil sur votre repère habituel de freinage, afin de ne pas freiner trop tard non plus ! En effet, il existe des petits malins qui, sachant qu’ils vont se faire dépasser aux freins, freinent fort sans redresser le buste, ou d’autres qui vont freiner trop tard et vont partir à la chute (on les appelle aussi des kamikazes). Donc, n’oubliez jamais vos propres repères.
Ça y est, vous avez passé un adversaire. Une fois au point de corde, réduisez votre vitesse plus que d’habitude : comme vous êtes rentré plus tard, vous ne pourrez pas sortir aussi vite.
Il faut ralentir afin de bien vous placer pour l’accélération (et cela bouchonnera le pilote que vous venez de dépasser et qui est toujours collé à votre slick arrière). Par contre, comme vous vous êtes bien placé, vous allez pouvoir lui coller quelques mètres à la réaccélération, afin qu’il ne vous repasse pas au virage suivant.
Dans l’action, il peut arriver de devoir toucher du carénage. Pas d’affolement : ce n’est pas parce que ça touche un peu que vous allez partir en tonneau ! Tout en restant fair-play, ne vous laissez pas faire et écartez toujours un peu les coudes afin de ne pas vous faire accrocher le frein avant ou le guidon.

Intox

Si vous remontez sur un groupe de pilotes plus lents, vous devez les doubler le plus rapidement possible. Sinon, vous allez prendre leur rythme et ne plus pouvoir retrouver votre vitesse. Du coup, le ou les pilotes plus lents que vous venez de doubler essaieront de vous repasser : c’est instinctif ! Et comme vous vous êtes mis en situation délicate pour le doubler, il pourra vous repasser facilement. Si c’est le cas, ne lâchez rien et repassez-le aussitôt jusqu'à ce que vous ayez eu le dernier mot. Casser le moral de l’adversaire est primordial. Par contre, si vous voyez que vous n’arrivez pas à partir et qu’il reste encore pas mal de tours, restez derrière et respirez un peu : suivre est moins fatiguant que de mener un groupe. Reprenez des forces pour les derniers tours, car c’est là qu’il va falloir tout donner ! Concentrez-vous pour aligner une série de tours rapides. Bravo ! Vous avez gagné la course !

Leçon de pilotage 5 : la chute
Posté par *stinger38, le 28 mai 2010
 

Par Bernard Garcia le 26/02/2009 09:22
Il est quasiment impossible de faire de la compétition moto sans, au moins une fois dans votre « carrière », avoir tâté du bitume. Certes, la chute est inévitable lorsque vous recherchez vos limites et celles de votre machine, mais vous pouvez limiter les dégâts en ayant de bons réflexes.1- Soyez prêts à tomber !

La chute fait malheureusement partie de ce sport. D’ailleurs, ceux qui la craignent le plus sont souvent ceux qui ne sont jamais tombés. En effet, dans la majorité des chutes sur circuit, il n’y a pas de gros bobos physiques, si ce n’est quelques égratignures et contusions. Grâce à des équipements racing de plus en plus high-tech et sûrs, la plupart des pilotes se relève fort heureusement indemne. Une fois votre première chute essuyée, et si cette dernière est sans conséquences, vous redouterez d’autant moins les prochaines.
N’ayez pas peur de tomber – cela fait partie du « jeu » - mais n’abdiquez pas trop vite non plus. Toutes les situations qui vous semblent désespérées ne le sont pas forcément. Je m’explique… Vous arrivez très (trop) vite dans un virage et vos yeux exorbités regardent le bac à graviers qui vous attend. Erreur. Ne quittez jamais des yeux votre trajectoire et le virage que vous êtes sensés prendre. Même si ça vous paraît impossible, croyez-y quand même. Vous avez une chance, voire plus, que ça passe. Tandis que regarder le bac à graviers vous y entraînera obligatoirement.
Si votre moto part dans un guidonnage de folie, ne paniquez pas : poussez sur les guidons, en appui sur les jambes, afin d’éviter l’accentuation du guidonnage.
Si vous vous accrochez avec un pilote, tentez de garder quand même votre trajectoire. Un coup de carénage ne vous envoie pas obligatoirement en l’air !
Enfin, en cas de grosse glisse de l’arrière, ne coupez jamais les gaz. Figez-les et mettez-vous bien en appui sur vos jambes pour éviter le coup de raquette.
Quoiqu’il en soit restez toujours concentré sur votre pilotage dans les moments critiques et ne pensez à la chute que lorsque vous êtes vraiment dans les airs (ou sur l’asphalte !).

2- Les différentes sortes de chutes

En moto, il existe deux sortes de chutes les plus courantes : le highside et le lowside.
Le « lowside », c’est lorsque vous êtes sur l’angle et que vous perdez l’avant. C’est en général la moins dangereuse puisque, plein angle, vous êtes déjà quasiment à terre.
Le high-side est celle qui fait en général le plus mal : l’arrière de la moto a décroché, puis a raccroché le bitume. Votre moto vous fait alors un effet catapulte et vous envoie haut dans les airs. Jusque-là, ça va. Ça va moins quand vous retombez lourdement de tout votre poids sur le sol ! Les plus chanceux arrivent quand même parfois à retomber à califourchon sur leur réservoir et éviter la douloureuse rencontre avec le sol.

3- Comment ne pas transformer une petite chute en quelque chose de pire ?

Lâchez tout !
Première règle : quand il n’y a plus aucun espoir d’éviter la chute, ne vous retenez pas à la moto. Elle est plus lourde que vous et son poids risquerait de vous entraîner encore plus brutalement et plus loin (la moto finit sa course toujours plus loin que le pilote). D’autre part, repose-pieds, guidon et aspérités pourraient vous blesser.

Relax !
Ensuite, c’est facile à dire comme ça, mais n’essayez pas de résistez. Si vous tentez d’arrêter votre glisse avec vos bras et vos jambes, il y a de forts risques qu’ils soient plus exposés encore (un membre rigide se cassera plus facilement qu’un membre souple) ou qu’ils servent de pivot pour vous envoyer une nouvelle fois dans les airs.
N’essayez pas non plus d’amortir la chute avec une seule partie du corps (poignet, cheville…). Tout votre poids concentré sur cette partie la brisera automatiquement, alors que si vos fesses, votre dos, vos jambes etc. servent tous ensemble d’amortissement, ça diffusera et amoindrira plus probablement l’impact. C’est l’un des secrets des cascadeurs !
Certains pilotes ont aussi le réflexe de croiser leurs bras sur le torse pour se protéger.

Faites durer le plaisir…
Si c’est une simple glissade, laissez la force centrifuge vous entraîner… jusqu’à l’arrêt total. En effet, on a parfois l’impression qu’on ne glisse plus alors que ce n’est pas le cas (votre glissade a seulement ralenti). Si vous essayez alors de vous relever, il y a de fortes chances que vous repartiez une nouvelle fois dans un roulé-boulé !

1, 2, 3… Soleil !
Si vous êtes tombé au milieu de la piste, que des machines arrivent sur vous et que vous n’avez pas le temps de dégager, le meilleur conseil est de rester sur place et de vous protéger un maximum en vous recroquevillant. Les pilotes auront plus de chance de vous éviter que si vous bougez en paniquant, car ils ne peuvent pas deviner dans quelle direction vous irez. Dès que la voie est libre, par contre, dépêchez-vous de déguerpir pour vous mettre à l’abri derrière les voies de sécurité les plus proches.

CONSEILS UTILES

Les commissaires de piste sont là pour la sécurité et dégager la piste des débris, mais il n’est pas interdit de leur donner un coup de main pour relever votre moto (si vous n’êtes pas blessé, évidemment). Même dans les bacs à gravier, il existe un certain savoir-vivre et du respect.

Si votre moto est tombée au milieu de la piste et que vous n’avez rien, relevez-la dès que possible : cela peut éviter que de l’huile s’échappe du moteur, coule sur la piste et contraigne les commissaires à sortir le drapeau rouge pour nettoyer la piste.

Les plus angoissés ou les plus… consciencieux pourront s’entraîner à chuter sur un matelas, chez eux, ou dans une salle de gym. Chuter est aussi un métier qui s’apprend.

Leçon de pilotage 4 : le départ
Posté par *stinger38, le 28 mai 2010
 

Par Bernard Garcia le 20/02/2009 20:37
Ça y est, vous y êtes : vous allez enfin prendre votre premier départ de course. Mais comment faire un bon départ ? Pas d'inquiétude, Bernard Garcia est là pour vous donner ses précieux conseils.D'abord, vous partez effectuer votre tour de formation. Pensez à bien faire chauffer vos pneus en accélérant et freinant fort dans les bouts droits, lorsque la moto est bien droite (attention aux chutes, certains arrivent à s’en coller une dans le tour de formation ou de chauffe). Ne vous placez pas trop tôt sur la grille car vos pneus vont refroidir en attendant que le dernier sur la grille se place. Mais mettez-vous au point mort le plus tôt possible dans la ligne droite, afin de laisser refroidir l’embrayage. Vous êtes sur la grille (repérez bien votre placement avant, afin d’éviter un stress supplémentaire), mais ce n’est pas encore le départ, vous repartez pour le tour de chauffe : mêmes instructions que pour le tour de formation, mais ce coup-ci, prenez en plus vos repères pour le « vrai » départ, notamment dans le premier virage (vous allez arriver moins fort que d’habitude, donc freiner plus tard). Replacement sur la grille. Ce coup-ci, on y est vraiment !
Vous placez bien votre roue avant sur votre emplacement sur la grille, sans mordre la ligne blanche (attention aux départs volés). Pied droit par terre, pied gauche sur le repose-pied. Dès que le commissaire devant vous avec le drapeau rouge sort de la piste, vous enclenchez la première. Vous visualisez le feu. Lorsque le rouge s’allume, vous faites monter votre régime moteur à 9 ou 10 000 tr/mn. Freinez bien de l’avant pour enfoncer la fourche, bras fléchis pour charger l’avant et anticiper le wheeling. Vous faites « mordre » l’embrayage (toujours en freinant fort de l’avant pour que la moto n’avance pas). Feu vert ! Lâchez l’embrayage d’un coup (mais gardez deux doigts dessus), gaz en grand. Quand l’embrayage « colle » et que la moto commence à cabrer, reprendre un petit peu l’embrayage et le faire cirer, tout en restant accéléré à fond, pour garder la roue avant à 5 cm du sol maxi. Faites tirer la 1ère à fond (voire même jusqu’au rupteur) avant de passer la 2e. Comme vous partez d’un départ arrêté dans la ligne droite, vous allez arriver moins vite que d’habitude dans le premier virage : vous allez donc freiner plus tard, voire pas du tout s’il s’agit d’une courbe rapide. Dans ce cas de figure, il est souvent plus profitable de passer à l’exter, car tout le monde se jette à l’inter. Si le premier virage est une épingle, attention à l’effet « entonnoir » : on serre les fesses et on essaye d’aller là où il y a le moins de monde ! Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à laisser passer 2-3 excités pour éviter l’accrochage : s’ils rentrent trop forts, ils ressortiront mal du virage et vous pourrez éventuellement les repasser à la sortie.

MISES EN GARDE & CONSEILS UTILES
Allez voir les départs des courses précédentes (s’il y en a avant la vôtre !) pour repérer le temps (comptez les secondes) entre le feu rouge et le feu vert. En général, c’est toujours le même… si le directeur de course n’est pas un mauvais farceur !
Un bon départ peut faire gagner 1 ou 2 lignes. Mais l’inverse si vous le loupez. D’où l’importance du départ, par rapport aux qualifications où vous devrez prendre beaucoup plus de risques pour gagner une seconde et éventuellement une ligne.
N’ayez crainte, même sur une 1000cc de 180 ch, lâcher l’embrayage en mettant les gaz à fond, moto arrêtée, ne peut pas causer un retournement de la moto. Cela la fera juste bondir afin de grappiller des places facilement ! C'est seulement quand la moto atteint 30-40 km/h et que l'embrayage commence à « coller », qu’il fait cabrer la moto progressivement. C’est à ce moment-là qu’on reprend l’embrayage et qu’on le fait cirer pour atténuer le wheeling.
Pour un départ sous la pluie, partez davantage sur le couple, c’est-à-dire moins dans les tours afin d’éviter de faire patiner la roue arrière.
Travaillez vos départs lors des séances d’essais, mais évitez d’en faire 2-3 d’affilée au risque de griller votre embrayage. Faites-en un par exemple en début de séance, à la sortie des stands (après vous être assuré que vous ne gênez personne), puis un en fin de séance, après être passé sous le drapeau à damiers et juste avant de rentrer aux stands (là aussi après vous être assuré que vous ne gênez personne).

Leçon de pilotage 3 : La chicane
Posté par *stinger38, le 28 mai 2010
 

Par Bernard Garcia le 05/02/2009 20:19
Maintenant, Bernard Garcia vous explique comment bien négocier une chicane. Les secondes vont encore tomber !Pour négocier au mieux une chicane (ou pif-paf), il va falloir passer le moins de temps possible entre le repère du freinage et l'accélération à fond. Pour ça, il va falloir allier vitesse et vivacité dans le changement d'angle !
Prenons par exemple la première chicane à Magny-Cours. Après Adélaïde, 1ère/2e/3e à fond dans le petit bout droit. Placez-vous au raz de la bande blanche, à gauche de la piste, déplacez vos fesses côté droit, puis freinez au panneau 100m : écrasez progressivement les freins, rentrez la 2e en lâchant progressivement l'embrayage, appuyez fort sur le cale-pied droit pour une mise sur l'angle rapide (à la baraque des commissaires), lâchez les freins 10-20m avant la corde à droite pour garder un max de vitesse. Genou sur le vibreur, angle maxi, puis filet de gaz… Regardez droit devant comme si vous vouliez aller dans la tribune en face derrière le mur de pneu. Restez appuyer sur le cale-pied droit, comptez 1 ou 2 secondes après la corde puis ¼ de gaz (ou ½ gaz pour les 600cc) afin de caler le pneu arrière. Appuyez sur les deux cale-pieds en même temps afin de déplacer les fesses plus rapidement côté gauche, en venant caler votre genou droit dans le renfoncement du réservoir. Figez les gaz, contre-braquez à droite et, en même temps, appuyez fort sur le cale-pied gauche. Balancez votre torse, coude et tête sur la gauche en tirant fortement avec le genou droit sur le réservoir afin de faire bras de levier. Regardez maintenant le point de corde à gauche : restez ¼ ou mi-gaz dans le changement d'angle, et vous allez tomber pile à la corde. Regardez ensuite la sortie : appuyez sur le cale-pied droit pour redresser la moto, puis sur les deux cale-pieds. ¾ puis plein gaz afin de sortir comme "une balle" ! Pfff, trop facile !

MISES EN GARDE & CONSEILS UTILES
Pour vous aider à réduire votre temps de passage de la chicane, prenez un partiel entre le panneau 100m et le début de la bande verte extérieure (repère de freinage pour le 180°).
Le truc, c'est d'anticiper le déclenchement de changement d'angle pour être dans le bon tempo, afin de tomber pile à la corde à gauche. Sur la roue arrière, la moto est plus lourde à balancer : grâce au jeu des appuis sur les cale-pieds vous allez être en avance sur le balancement.
L'important est de toujours garder de la vitesse dans le droite, mais surtout de bien figer les gaz afin de ne pas "croiser les skis" dans le gauche (mais si tu coupes, t'es mort !) Il y a d'ailleurs des centaines de chutes dans ce gauche : il suffit de regarder les traces au sol ! Par contre, comme vous avez bien accéléré entre les deux virages, vous allez passer avec 5 bornes de mieux dans le gauche (moto lancée donc moins de risque de high-side) et ça fait 15 km/h plus vite environ avant le freinage du 180°... Trop fort !

Leçon de pilotage 2 : Le regard et les repères visuels
Posté par *stinger38, le 28 mai 2010
 

Par Bernard Garcia le 22/01/2009 19:37
Ça y est, vous avez suivi nos conseils concernant notre première leçon sur la position de pilotage sur circuit ? Maintenant, Bernard Garcia vous explique comment utiliser le regard et des repères visuels pour améliorer vos chronos.Piloter au « feeling » vous limitera toujours à des chronos moyens et surtout très irréguliers. Vous devez donc piloter à l'aide de multiples repères placés sur la piste ou ailleurs. Pour cela, il est très important d'aller faire un ou deux tours de piste à pieds avant de rouler, afin de noter sur un plan du circuit tous les repères (une chose que tous les pilotes professionnels font).

1- Repère de freinage = de plus en plus tard

Si vous êtes rentré comme une « lopette » dans la courbe, ça passera forcément si vous freinez 2, 5 ou 10 mètres plus tard le tour d'après (à condition d’arriver à la même vitesse le tour suivant, voir paragraphe 2). Mais pour freiner plus tard, il faut déjà savoir où l'on freine !
Prenons un exemple concret. Sur le circuit de Lédenon, il y a une passerelle aux ¾ de la ligne droite. Essayez de la visualiser dès que possible, tout en vous plaçant sur la partie droite de la piste.
Pour les 1000cc* : visualisez la première boîte de chrono en aluminium placée derrière le muret des stands, 50 m après la passerelle (c’est le repère de freinage). A ce repère, vous devez attraper progressivement votre frein avant pour transférer les masses sur l’avant. Visualisez ensuite les trois petits cônes verts placés sous le commissaire de sortie des stands (c'est le repère de déclenchement du virage). Vous écrasez alors bien le frein avant, tout en descendant 1 ou 2 rapports (en fonction de la machine et de la démultiplication) et en relâchant progressivement l'embrayage (contrôle du frein moteur, du dribble, etc.). 10 mètres avant les cônes verts, appuyez fort sur le repose-pied intérieur et visualisez en même temps le repère au sol du lâché de frein. 10m avant, regardez le cône vert du point de corde, tout en relâchant le frein avant. 10m avant le point de corde, regardez le cône rouge extérieur, etc. etc. Vous avez compris : il faut toujours être en avance du regard d’un repère à l’autre : cela vous permettra de ne pas voir le film en accéléré !
Sur d'autres circuits du style Magny Cours, Paul Ricard, Le Mans, etc., des panneaux 200m, 100m, 50m sont placés en bord de piste. Ils ne sont pas là pour la déco : vous pouvez vous en servir comme repères de freinage !

*Pour les 600cc / 250cc : prenez les freins à la deuxième boîte en aluminium derrière le muret. Pour les 125cc, ça passe à fond ! Vous n'avez qu'à déclencher votre virage aux trois cônes verts, poignée de gaz soudée à fond ! Enfin… allez-y progressivement quand même !

2- Repère d'accélération = de plus en plus tôt

Une fois sur l’angle maxi (rappelez-vous : sans frein, sans gaz, ça passe !), vous devez garder une bonne vitesse de passage en courbe pour « caler » les pneus, c'est-à-dire pour déformer la carcasse de ceux-ci afin d'avoir le plus de surface de gomme au sol possible et donc une meilleure adhérence (à condition d’avoir les pneus à bonne température). Pour sortir du virage le plus fort possible et tester l’adhérence du pneu arrière, il va donc falloir réaccélérer par étape (filet de gaz, ¼ de gaz, mi-gaz, ¾ de gaz, plein gaz), en prenant à nouveau des repères : une tâche noire sur le bitume, la trace laissée par un repose-pied, etc. S’il n'y a rien au sol, comptez les vibreurs bi-tons, ou déclenchez un chrono mental (voir conseils utiles).
Avant le point de corde, vous devez visualiser le repère pour le filet de gaz, puis passer le point de corde avec le filet, tout en visualisant le repère du ¼ de gaz.  Appuyez sur le repose-pied extérieur pour redresser la moto puis mettre ¼ de gaz, regardez loin la fin du vibreur et le repère du ½ gaz en même temps. ½  gaz : ça commence à glisser, je ne coupe pas (je fige un instant la poignée, tout en contre-braquant légèrement, jusqu’à ce que la moto se remette en ligne). ¾ de gaz, puis gaz en grand : la moto se tord, se lève encore sur l'angle, je la serre entre les jambes, bien en appui sur les repose-pieds, je monte sur le vibreur,  la moto guidonne un peu, je pousse sur les bracelets, rupteur, je monte un rapport… Je me retourne pour voir la trace noire : Waou ! Ça y est ! Je suis un pilote ! (Calme-toi Bernard, ndr)
Vous voyez que c'est du boulot quand même, surtout que nous avons vu un seul virage sur une quinzaine comprenant un tour de circuit. Commencez donc à y penser et à l’appliquer progressivement. C'est la seule manière pour progresser, en sachant que le tour parfait est celui où vous êtes passé pas trop mal dans tous les virages. Ça ne sert à rien de faire le fou dans 1 ou 2 virages, pour se traîner ensuite sur le reste du circuit. L'important est de progresser à chaque sortie, et surtout de se faire plaisir !

MISES EN GARDE & CONSEILS UTILES :

1- S'il n'y a vraiment pas de repère au sol, vous pouvez par exemple déclencher un chrono dans la tête : à partir du point de corde, comptez « 1-2-3 », puis ¼ de gaz « 4-5-6 », puis ½ gaz, etc. Même si c'est approximatif, c'est mieux que rien !

2- Essayez de prendre des repères fixes. Les vibreurs sont de très bons repères (le début, le milieu, la fin). Evitez les ombres, les commissaires, les photographes, les chats noirs... On peut avoir des surprises !

3- Quand vous commencez à faire des temps, les tours se font quasiment au ralenti (rythme cardiaque à 40'). Repère après repère, vous êtes en avance sur le tempo. Pour cela, vous devez être bien concentré… Mais ce sera une autre leçon !

Leçon de pilotage 1 : la position
Posté par *stinger38, le 28 mai 2010
 

Par Bernard Garcia le 21/01/2009 19:03
Adopter la bonne position de pilotage est le b.a. ba de vos premiers tours de piste. Bernard Garcia, ex-pilote en GP 500 et aujourd’hui moniteur breveté d’état pour l'école de pilotage 4G, vous donne ses meilleurs conseils pour adopter la position idéale.1- La position en ligne droite = recherche de vitesse

Pointes des pieds bien calées sur les repose-pieds, vous devez vous cacher au mieux derrière la bulle, afin de favoriser l’aérodynamisme de votre équipage, c’est-à-dire vous et votre moto. La mentonnière du casque touche quasiment le réservoir, les bras sont pliés et collés au réservoir, tout comme les jambes. Coudes et genoux se touchent quasiment. Vos fesses sont posées loin au fond de la selle, voir sur le dosseret de selle pour les plus grands. Le regard, toujours très important, porte le plus loin possible.

2- La position au freinage = freiner tard, fort et efficacement

Encore en position de recherche de vitesse maxi, vous commencez à décaler votre fesse côté intérieur du virage qui arrive. Vous pouvez commencer à utiliser le frein arrière pour baisser l’assiette de la moto, tout en accélérant toujours à fond. A votre point de repère de freinage, vous coupez les gaz et en même temps que vous saisissez progressivement le frein avant (à 2 ou 4 doigts) pour faire basculer le transfert de masse, vous vous redressez en poussant sur vos bras, tout en ouvrant le genou côté intérieur du virage : cela provoque un effet aérofrein qui vous permet de ralentir encore plus la machine et de commencer à l’inscrire dans le virage. Vos appuis sur les repose-pieds sont égaux. Tout en freinant de l’avant, vous débrayez à deux doigts pour descendre un par un les rapports, en mettant un petit coup de gaz à chaque fois (la paume de la main droite met les coups de gaz, tandis que vous maintenez toujours fort le frein avant avec 2 ou 4 doigts). Relâchez progressivement l’embrayage (en 2 ou 3 fois pour contrôler le frein moteur et le dribble de la roue arrière) jusqu’à la mise sur l’angle, puis progressivement le frein avant. On a complètement relâché le frein avant quand le genou se pose par terre. Et on ne retouche plus au frein avant, quoi qu’il arrive, tant qu’on est sur l’angle maxi ! C’est alors éventuellement le frein arrière qui prend le relais si vous deviez rattraper le point de corde. On ne réaccélère pas non plus pour recouper après.

3- La position en virage = trouver le meilleur compromis entre angle et vitesse

Pointes des pieds bien calées sur le bout des repose-pieds, vous déclenchez votre virage en appuyant sur le repose-pied intérieur (du point de corde jusqu’au filet de gaz, les appuis sur les repose-pieds sont égaux). Vous êtes assis à environ 10 cm du réservoir afin d’avoir une meilleure liberté de mouvement (ceux qui ont du mal à ne pas rester coller au réservoir peuvent rajouter une mousse). La fesse côté intérieur du virage doit être complètement sortie de la selle (pour repère : la raie des fesses est positionnée sur le rebord de la selle). Le genou est ouvert et va chercher l’asphalte, le bras intérieur est fléchi et ouvert. Le bras extérieur est quasiment tendu et collé au réservoir, tout comme le genou extérieur, également collé dans le renfoncement du réservoir et qui aide, en tirant, à faire tourner la moto. Les épaules restent droites. La tête et le regard sont positionnés de façon à voir le plus loin possible le prochain repère (point de sortie du virage, de réaccélération, etc.). Côté mains, vous pouvez garder un doigt sur l’embrayage pour gérer le frein moteur au rétrogradage ou pour pallier à un éventuel serrage moteur pour les adeptes du 2-temps. Dans les virages à gauche (à moins d’avoir le frein arrière au pouce gauche), vous pouvez éventuellement poser le talon du pied extérieur sur le repose-pied afin de pouvoir utiliser le frein arrière pour ramener la moto au point de corde, si nécessaire. Quoi qu’il en soit, on relâche le frein arrière quand on commence à réaccélérer (filet de gaz). On appuie alors davantage sur le repose-pied extérieur pour aider la moto à se relever, tout en ouvrant ¼ de gaz (on peut aussi éventuellement appuyer sur le repose-pied intérieur pour déclencher la glisse tout en contre-braquant légèrement). Comme on appuie fort sur les repose-pieds, les fesses ne sont alors quasiment plus en contact avec la selle. En centralisant les masses plus bas, l’avantage est qu’on évite le highside (l’effet catapulte) si la roue arrière décroche puis raccroche. La réaccélération est un compromis entre les appuis sur les repose-pieds et la remise des gaz progressive, découpée en 5 phases : filet de gaz, ¼ de gaz, mi-gaz, ¾ de gaz, plein gaz (et si vous ne souhaitez pas connaître ce fameux highside, évitez de couper les gaz sur une phase de réaccélération : en cas de glisse trop importante, figez la poignée en redressant un peu la moto, jusqu’à ce que la moto se remette en ligne). Restez déhanché jusqu’à la sortie du virage : on ne se replace dans la bulle que lorsque la moto est complètement redressée.

MISES EN GARDE & CONSEILS UTILES :
1-    Quand on freine, on freine. Quand on accélère, on accélère.
2-    Penser à bien s’oxygéner avant de monter sur la moto, puis à bien respirer dans le moindre bout droit.
3-    Une fois sur l’angle maxi en virage, sans frein et sans gaz, on ne peut pas tomber.
4-    Ne regardez jamais le bac à graviers, mais toujours là où vous voulez/devez aller, même si vous pensez que ça ne va pas passer. Ça passe souvent, croyez-nous !
5-    Ne jamais se retourner : concentrez-vous à rouler vite et bien, c’est là qu’on gêne le moins !
6-    Pensez à prendre un maximum de repères (si possible en effectuant un tour de circuit à pieds) : repère de freinage, de déclenchement de virage, de point de corde, etc. Et comptez les vitesses, de manière à toujours rentrer sur le même rapport dans les mêmes virages.

Progamme LEDENON   Mise à jour le 1272717219
Posté par *stinger38, le 23 avril 2010
 
Vendredi 7 mai 2010
9h00-13h00 14h00-18h00 Essais Libres
9h00-12h30 14h00-19h00 Contrôles Administratifs et Techniques
Essais libre
9H00-9H20 Twin Cup  20 min
9H25-9H45 Trophée de France Roadster Cup 600  20 min
9H50-10H10 Promotion Cup 600  20 min
10H15-10H35 Promotion Cup 1000  20 min
10H40-11H00 Challenge des Monos  20 min
11H05-11H25 Classic 17  20 min
11H30-11H50 Twin Cup  20 min
11H55-12H15 Trophée de France Roadster Cup 600  20 min
12H20-12H40 Promotion Cup 600  20 min
13h55-14h15 Promotion Cup 1000  20 min
14h20-14h40 Challenge des Monos  20 min
14h45-15h05 Twin Cup  20 min
15h10-15h30 Trophée de France Roadster Cup 600  20 min
15h35-15h55 Promotion Cup 600  20 min
16h00-16h20 Promotion Cup 1000  20 min
16h25-16h45 Classic 17  20 min
16h50-17h10 Challenge des Monos  20 min
17h15-17h35 Twin Cup + Trophée de France Roadster Cup 600 20 min
17h40-18h00 Promotion Cup 600 + Promotion Cup 1000 20 min

Samedi 8 mai 2010
8h30-8h45 Trophée de France Roadster Cup 600 Essai qualificatif 1 15 min
8h50-9h05 Twin Cup Essai qualificatif 1 15 min
9h10-9h25 Promotion Cup série 600 Essai qualificatif 1 15 min
9h35-9h50 Promotion Cup série 1000 Essai qualificatif 1 15 min
9h55-10h10 Classic 17 Essai qualificatif 1 15 min
10h15-10h35 Challenge des Monos série 1 Essai qualificatif 1 20 min
10h45-11h05 Challenge des Monos série 2 Essai qualificatif 1 20 min
11h10-11h30 Trophée de France Roadster Cup 600 Essai qualificatif 2 20 min
11h35-11h55 Twin Cup Essai qualificatif 2 20 min
12h05-12h25 Promotion Cup série 600 Essai qualificatif 2 20 min
12h30-12h50 Promotion Cup série 1000 Essai qualificatif 2 20 min
13h50-14h10 Classic 17 Essai qualificatif 2 20 min
14h15-14h35 Challenge des Monos série 1 Essai qualificatif 2 20 min
14h40-15h00 Challenge des Monos série 2 Essai qualificatif 2 20 min
15h20 Trophée de France Roadster Cup 600 Course vitesse 16 tours
16h05 Twin Cup Course vitesse 16 tours
16h50 Promotion Cup Finale 600 Course vitesse 16 tours
17h35 Promotion Cup finale 1000 Course vitesse 16 tours
18h20 Classic 17 Course 1 15 tours

Dimanche 9 mai 2010
9h30 Twin Cup Course longue 1h
10h50 Promotion Cup finale 600 Course longue 1h
12h10 Challenge des Monos Finale B Course 2 15 tours
14h00 Classic 17 Course 15 tours
14h50 Trophée de France Roadster Cup 600 Course longue 1h
16h10 Promotion Cup Finale 1000 Course longue 1 h
17h30 Challenge des Monos Finale A Course 15 tours

Calendrier PromoCup 2010
Posté par *stinger38, le 02 février 2010
 
Calendrier PromoCup 2010

-          8 & 9 mai 2010 : WERC GP RACER - Ledenon (30) - vitesse + course longue 1h**

-          3 & 4 juillet 2010 : WERC GP RACER – Dijon (21) - vitesse + course longue 1h

-          31 juillet & 1 aout 2010 : WERC GP RACER – Pau-Arnos (64) – Vitesse + course  longue 1h **

-          4 & 5 septembre 2010 : WERC GP RACER – Le Vigeant (86) – vitesse + course longue 1h

-          25 & 26 septembre 2010 : WERC GP RACER – Carole (93) - vitesse + course longue 1h



CR WeekEnd PromoCup a BRESSE
Posté par *stinger38, le 07 avril 2008
 

 

 

 

CR du Week-end de PromotionCup du CRT (#7)

Jeudi 03 avril 2008

Après bien des péripéties avec le camion (il a enfin été réparé le jour J, c'est dire...), j'ai donc pu prendre la route tranquillement. Mais...au bout de 50km de route, les ennuis ont commencé : gros boum dans le moteur au moment de dépasser un camion + perte immédiate de puissance !!!

Je me gare donc sur une aire de repos et, comme le camion sert aussi d'atelier, je me mets à réparer ! Résultat : 2 durites du turbo s'étaient démanchées... Réparation…  Puis, reprise de la route et fin du périple tranquillou. Arrivée à Bresse : 16h.

Et là, bonheur et joie ; le circuit est réservé par des Ferraristes. Nous n'aurons droit d'entrer sur le circuit qu'après 18h30 !

Ce soir, au programme :

- monter tout
- me faire ramener par mon coéquipier pour un repas chaud.
- se reposer, car demain, ce sont les essais libres.

Vendredi 04 avril 2008

Tout d'abord, sachez que votre humble serviteur pilote avec un septuple champion du monde, j'ai nommé... Michaël SCHUMACHER !!!!! Et il a une bête de course (triumph 675 TRES TRES BIEN préparé). Et il pilote bien, propre et fluide... Heureusement, il ne courra pas avec nous ; c'est juste pour le plaisir... et sachez également qu'à chaque arrêt au stand, il a 5 mécanos pour tout faire. On en est loin...

Autrement, journée très moyenne pour moi. Y'a plein de virages et j'y comprends que dalle !!! Bref, je suis à la rue. Je pense quand même être qualifié en finale B et je n'aime pas le circuit !

Pour le CT et le contrôle administratif, tout est OK et on.. croise les doigts.. pour le beau temps ! mais là non plus, c'est pô gagné...

Samedi 05 avril 2008

Je suis hyper-méga énervé !!!

Ce matin, qualifications dans la douleur car je suis 56ème sur 80 pilotes. Quant à Gexouille (mon coéquipier), il se hisse à la 12ème place. Donc, pour mon co-équipier, final A ; pour moi, finale B.

Mise en place de la grille... moi, en 5ème ligne... Le départ est donné et, comme d'hab.', je me... bip... donc j'amorce ma remontée ! Après avoir doublé quelques pilotes, je fais un tout droit et vais jardiner le gazon du circuit... MAIS SANS TOMBER !!! Et je repars, donc, en dernière position. Le tour suivant drapeau rouge et donc, arrêt de la course !

Là, commence un flou artistique au niveau des commissaires de piste. Certains annoncent la fin de la course, d'autres de nous repositionner en pré grille. Pour, finalement, annoncer qu'on repart pour une course de 5 tours ! Repositionnement, sauf moi (vous saurez pourquoi), des pilotes.

Pourquoi, donc ? Parce que, durant au 2ème tour,  mon guidon droit c’était desserré. Ca commençait donc à devenir dangereux... En pré grille (attente des 5 tours, je vous rappelle), j'appelle mon team pour m'aider à réparer. Or, ce droit d'accès pour réparation est refusé par lesdits commissaires ! Ils veulent que j'aille au tas ou quoi ??? Finalement, c'est resserré et obtiens finalement une place en 6ème ligne.

On repart pour un tour de formation avec procédure de départ simplifiée (départ au feu, directement) et là...oh scandale… le vert est mis et il reste un commissaire de piste.. au milieu de la piste !!!

Attente du départ du commissaire de piste de LA piste pour, enfin, prendre le départ !

Je ferai, après, une équerre et finirai finalement 21ème ! A l'issue de la course, je vais pour poser réclamation concernant le départ (enfin, le commissaire sur la piste). Il m'est alors demandé une lettre + chèque de 75€, réclamation qui sera refusée (dixit l'organisation), de toute façon !

Pour la petite histoire, mon co-équipier, se qualifie derrière M. SCHUMACHER et LEBIHAN, tous 2 champions du monde. Ca va faire beau sur la fiche de résultats !!!! M. SCHUMACHER s'est finalement « envolé » et a percuté un autre pilote, au premier tour de course PromoCup. Du coup, il a pris le départ d'une autre course (RoadsterCup). Il ne finira pas la course car bien qu’en tête il nous a gratifié d’une chute ... Vexé, il est reparti en hélico à Genève !

 Maintenant, grosse partie mécanique et il pleut !

Dimanche 06 avril 2008

Debout depuis 5h00 du mat j’ai une pêche d’enfer avec une envie de « tous les bouffer », en résumé j’ai hâte de rentrer en piste.

La finale B a lieu a 8h30, il est 7h30 il fait 4°C et il ne plut plus mais la piste est humide, que faire, pneu pluie ou pas ? Je décide de partir en « sec » et là ni une ni deux mon équipe me monte les pneus pluie, bin oui ils savent que je me plante toujours dans le choix des gommes, donc ils inversent mes décisions ! Nous verrons plus tard qu’ils ont fait le bon choix pour moi.

 

Je me retrouve donc en pré grille toujours à la 21 place sur la grille. Je regarde un peu les choix de pneus (la piste est toujours humide) et il y a de tout, du slick, du pluie avant et sec derrière, du tout pluie, enfin bref tout le monde est dans le flou pour le choix des gommes.

Tour de formation, tour de chauffe puis procédure de départ (toujours sur le mouillé).

Vert … et là je réussit mon départ (pour une fois) et vire 6 ou 7 à l’intérieur  dans le virage B.BONHUIL, beaucoup me font l’exter mais je les reprends tout de suite dans le droit suivant.

Je suis a l’attaque tout de suite, mes pneus pluies vont super bien et comme il pleuviote c’est impeccable, mon team a fait le bon choix pour moi, je suis panneauté 7 puis 5 puis 4… après 10/12 tours je vois un « BOX » et persuadé qu’il est pour moi je rentre … sauf qu’il n’était pas pour moi ! Peu importe mon team (toujours prêt) m’assure un ravitaillement impeccable en un temps record, je repart 12 … au bout de quarante minute je suis 5 et reçoit des consignes depuis les stands de calmer le jeu, en fait le pilote devant a un tour d’avance et il est donc inutile d’aller le chercher … finalement sur la feuille de résultat je suis quatrième.

 

Mon coéquipier (gexouille) en finale A nous fera une course de folie pour finir cinquième …

Nous fêtons ces beaux résultats et surtout le fait d’être tous les 2 debout, nous avions fini la saison 2007 prématurément en nous cassant chacun une clavicule, je vous laisse donc imaginer « l’angoisse » de la reprise.

 

Un grand merci a mes partenaires sans qui l’aventure ne serait pas possible :

   

CANADIAN Motorcycle Oil, FMP (Franck Moto Passion), SIFAM et GT MEAUX 77

 

 

Voilà, prochain rendez-vous au LEDENON début MAI

 

Stinger #7


Fiche Pilote
Posté par *stinger38, le 10 janvier 2008
 

Retrouvez ma fiche pilote sur le site Esprit-Racing.

 Iceman (fiche pilote)


Déjà 3 ans ...
Posté par *stinger38, le 05 décembre 2007
 

ange_vert nous a quitté le 05 décembre 2004 ... sad

heartange_vertheart


Les communiqués du WERC pour CAROLE
Posté par *stinger38, le 28 juillet 2007
 

Les communiqués


Promotion Cup

Première course, samedi 7 juillet, 15 h 55, 17 tours
Ce weekend de courses s'ouvre sur la Promotion Cup, version vitesse. Le soleil est au rendez-vous ce samedi pour le plus grand bonheur des pilotes qui s'attaquent à l'asphalte du Circuit Carole en toute sérénité.
A la suite des essais qui ont eu lieu plus tôt dans la journée, on retrouve Richard Fontaine et sa GSX-R 1000 en pôle position avec 1 : 04.141 secondes, suivi de Jouve et sa R1, Laurent et Danet, tous deux en GSX-R 1000. C'est parti pour dix-sept tours de course. Dès le premier tour, Fontaine s'échappe, creusant l'écart un peu plus chaque tour, il réalisera d'ailleurs le meilleur temps : 1 : 05.052 secondes. Derrière lui, après trois tours de course, le podium est établi. La seconde marche du podium reviendra donc à Wormser, Jouve est troisième devant Chauveau et Laurent.
Deuxième au classement des 600, Rouquairol (#38) chute avec sa ZX-6R dans le dernier virage avant l'arrivée. Il se redresse, relève sa moto et la pousse en courant jusqu'à la ligne d'arrivée et termine quatrième au classement des 600. Le tout avec une clavicule cassée ! Une belle illustration du slogan attitré des W.E.R.C : « Pire que la défaite, l'abandon ... »

Deuxième course, dimanche 8 juillet, 14 h, 1 heure
Le temps est plus maussade mais cela n'empêche pas les pilotes de prendre un super départ avec comme à la première course Fontaine en tête avec dans sa roue Laurent, Jouve et Wormser qui sont décidés à ne pas se laisser faire. Au deuxième tour, Jouve passe Laurent et dans un même temps, Chauveau récupère la cinquième place à Akroum. Au tour suivant, Wormser remonte sur Laurent prenant ainsi la troisième place. Tandis que le trio de tête reste immuable pendant près de 23 tours, Wormser et Laurent luttent pour la quatrième place. A la 31ème minute, Fontaine qui avait jusque là fait un sans faute rentre au stand à cause d'un problème moteur et abandonne. C'est donc Jouve qui gagne cette deuxième course devant Wormser et Mathié (#10). Cette victoire lui permet de prendre la tête du championnat à trois points de Fontaine qui ne se laissera sans doute pas faire lors du prochain rendez-vous en septembre...

J'ai laissé le communiqué tel qu'il est sur le net mais juste pour la précision, je finis deuxième de la catégorie 600 et me retrouve le 7 juillet au soir quatrième du classement 600 ... et aujourd'hui j'ai encore perdu une place au classement ... je suis cinquième thumbdown

Quant au slogan WERC, la bonne version c'est : "Pire que la défaite, l'abandon ..." lol

La totalité des communiqués du WE et aussi sur Esprit-Racing


Le CRTeam a son blog !!!
Posté par croftophile, le 14 juin 2007
 
Ca y est, le CRTeam est à Pau-Arnos et vous fait vivre son week-end par son blog, accessible au bout de ce lien !!!

CR roulage LEDENON (gexouille)
Posté par gexouille, le 30 mai 2007
 

d'abord arrivée chez le cousin la veille, barboc, binouzette (gentil les binouzettes ), toujours bien reçu chez le cousin!!

3 h du mat j'ai pas de frissons (quoique: la crève est là) mais la pluie redouble, aïe...demain c'est la merde.

eh ben non, le lendemain c'est tout mouillé de la nuit mais on arrive au circuit et tout s'assèche, tant mieux par contre les températures ne sont pas là: 8° le matin, et un peu plus l'après-midi mais le vent en prime, et ça soufflait grave.

confirmation d'inscription: couillou(sergio) en moyen et moi en confirmé (j'ai pas voulu me mettre en pilote: j'ai pas les chronos pour!!), 'tit café, contrôle de la brêle; y a du monde et du beau: arnaud Vincent, freddy Foray, les frères Garcia, ça a l'air bien organisé, beaucoup d'assistant, on voit qu'il sont rodé méchant..

par contre il s'avérera par la suite qu'il y avait trop d'inscrits.
je ne roulerais plus dans des journées où les organisateurs font 4 groupes, je le savais donc je ne critique pas.

Mais quand même, on avait 6 séries de 20 mn, seulement entre les mises en "pré-grilles", les chutes (beaucoup!!) et autres contre-temps et bien le roulage de 20 mn devient une session de 15 mn voir moins.

donc en selle pour la première, et là dur dur!!
autant pour couillou qui découvrait le circuit (il en est toujours pas revenu ) que pour moi: pas à l'aise, la brêle qui réagit bizarrement. enfin on se dit que c'est la première donc on insiste pas plus que ça.

la deuxième, et là bordel:
on part par petit paquet, je suis à la fin du groupe, je m'apprête à rentrer en piste...soudain drapeau rouge...un mec s'en met une au virage du pont... les pneus froid ça pardonne pas!
Aïe c'est sérieux car l'ambulance se met en route.
Finalement le pilote rentre sans trop de bobos, ils rapatrient la machine. On repart tous sauf qu'on effectuera que 4 tours !!!

allez tant pis, il reste une séance avant la pause casse croûte, celle ci se déroulera nickel mais sera courte comme toutes les autres. La moto me pose cependant des problèmes, elle se déleste trop de l'avant à la remise des gaz. Un petit coup de fil à franck et tout rentre dans l'ordre; mauvais réglages de l'amortisseur que je venais de récupérer de chez Ohlins!!
Merci Francky

Bon on déjeune en se racontant avec couillou nos impressions et c'est reparti.
Pour l'après midi je décide de travailler alors les trajectoires et profite de la roue de Freddy Foray. De toute façon il n'y aura pas de chronos, la piste n'a pas le grip de début mai, il fait pas chaud...
Et bien ce fut la bonne décision, j'ai pris un panard total à bosser les traj, j'étais à l'aise, j'enchainais les tours sans me dire "c'est quand que ça s'arrête", un super feeling, du vrai bonheur et ça jusqu'à la dernière série.

on rentrera satisfait de notre journée: on est pas tombé, la machine est donc prête pour le 4 Juin !! le physique est là, on aura enchaîner 60 tours environ dans la journée, c'est pas un exploit mais ça continu la préparation en vue de notre course à Pau le 17 juin et de l'endurance O3Z début août, hein stinger

Allez je crois que j'ai été un peu long, donc rdv avec RST et ses cafards pour s'arsouiller à bresse


Nouveau Partenaire
Posté par *stinger38, le 17 mai 2007
 

La concession G.T. 77 Meaux (KAWASAKI / HONDA) devient partenaire officielle du CRT. 

G.T. 77 Meaux

 


CRT is ready !!!
Posté par croftophile, le 23 avril 2007
 

Aujourd'hui, plein de news... mais la principale est the beast is ready !!!!

ZX6RR devant la


Actualité du CRT
Posté par croftophile, le 23 avril 2007
 

Le CRT (par l'intermédiaire de son païlote stinger38) a signé sa première dédicace... si si !

La preuve en image :

Premier autographe


Le CR d'XLSister
Posté par XLSister, le 13 septembre 2006
 

Une nouvelle pistarde vient de rejoindre notre grande famille, lisez son CR et surtout affutez vos slides... dans peu de temps, elle sera devant ok bananebananebanane

6h50 : Le réveil n’a même pas encore sonné que je suis déjà habillé.
Je suis monté sur ressort ce matin, chaude comme une baraque à fritte comme me l’a gentiment dit mon Popa stingvert !
Tiens, mais, c’est vrai ça, il n'est pas encore debout ? C’est encore un coup de son copain Danois ça ! Allé hop un petit Kawa pour tout le monde, y compris le cousin ! Faut que tout le monde soit levé, pas de raison !
Pendant que les pïlotes (les pas comme moi…les vrais) se décollent les yeux j’en profite pour préparer le camion.
Après vérification du matos top pilote et sanglage du bitza par le « pater » nous voilà repartit pour de nouvelles aventures en compagnie de quelque membre du TBC !
Arrivé 9h50, timing parfait, comme toujours (merci Popa. )
« Je mets ma combine maintenant » ? Bon allé t'façon, je tiens plus en place et pis, waou, ça fait classe !
La matinée sera finalement uniquement consacrée à la théorie (bien fait de mettre ma combine en arrivant moi !), mais après tout, des cours comme ça j’en veux bien tous les jours moi.
Ca fait tout de même du bien quand ça s’arrête. Maintenant place à la pratique.
Le stress commence à monter, et malgré tous mes efforts, je crois bien que ça se voie. Et puis le fait de ne pas savoir démarrer ma fusée (ha ha ha ha ha ) n’arrange pas les choses.
Heureusement que j’ai un de bon profs, après 2 ou 3 coup passés à courir après ma moto en essayent de la démarré à la poussette (héééé attend moi !!)j’arrive enfin à gérer la situation sans trop de problème.
Heureusement tout de même que le cousin était la pour faire diversion à fin que Popa puisse m’aider.

Allez, c’est parti, la piste est tout à moi, après tout ce temps passé à les regarder, je peux enfin ressentir leurs sensations, comprendre toutes leurs explications « débiles » qu’ils se racontent encore et encore après une session.

Ligne, droite, pour le moment tout va bien, premier virage AU SECOURS ils sont où les freins ?
Bref, me voilà partit, comme certain à chercher la boulangerie de Carole. Forcément, à force de chercher, je me retrouve avec un mec derrière, qui lui apparemment devait savoir ou on pouvait trouvé du pain, et qui en plus devait trouver que je n’allais pas assez vite pour me doubler comme il l’a fait ! LE VACHE !!!!
Tempis je profite de ce moment magique, indescriptible rempli de multiples sensations, de peur, de joie et plein d’autre chose extra. Mais les deux tours sont déjà fini, il est temps pour moi de reprendre mon boulot de tographe, avec un sourire indécrochable et des souvenirs plein la tête.
A quand la prochaine …?


Nouvelle rubrique : Espace membres
Posté par *stinger38, le 30 juin 2006
 

Il existe une nouvelle rubrique : "Espace membres", accessible et visible uniquement par les personnes ayant un compte et étant connecté. sunglass

Pour les personnes n'ayant pas de compte et souhaitant en ouvrir un, prenez contact avec Stingmaster (à gauche de votre écran).

monkey


CR du 20 avril 2006
Posté par *stinger38, le 21 avril 2006
 

CR de la journée du 20 avril 2006

La veille, je n'avais pas envie de rouler, je suis malade (saloperie d'allergie) enfin bref pas la pêche. Dans la nuit, je reçois un MP de Poison qui cherche une "motivation" pour rouler, et donc après échange de MP, je me décide, mais la moto n'est pas prête (pneu arrière à retourner) … pas grave, j'ai une autre jante avec un slick neuf dessus.

Jeudi matin, coup de Tél. à XLSister (le tographe de la journée), c'est bon je la récupère et du coup, elle me file un coup de main pour finir de préparer la machine.

Départ pour CAROLE, j'ai le nez qui coule sans arrêt (merci KLEENEX !!!).

14h15 mise en pré-grille et départ pour des sessions libres, je rode mon pneu sur 2/3 tours et je commence à mette du GAAAZ et là... les chronos ne se font pas attendre, j'enchaîne 3 tours en 1'09 … YESSSSSSSS (je suis déjà 1seconde en-dessous de mon meilleur chrono de la saison 2005), je continue à enchaîner les tours et c'est la première gamelle de la journée, drapeau rouge. Tout le monde sort pour un bon moment car c'est la première intervention des pompiers !

Inspection de la piste de la part des commissaires et nous repartons, mais maintenant, vu l'affluence, nous sommes en session, et ça roule mal , pas moyen de remettre un coup à mes pendules (ça viendra plus tard). Enfin bref, ça roule à tous niveaux (normal, tout le monde a le droit de se faire plaisir), mais malheureusement, certains se prennent pour des champions du monde !!!

Dans la troisième session, j'ai un champion du monde sur R1, à l'agonie de partout sauf en ligne droite où là il met du gaz , je n'arrive pas a le passer, car chaque fois, il coupe la traj' pour m'empêcher de passer et malheureusement en ligne droite il a plus de chevaux que moi.

Voilà trois tours maintenant que je lui montre ma roue avant, mais rien a faire, mÔssieur le "champion du monde" refuse de se laisser passer et pourtant on roule en 1'13 … il commence vraiment à me gonfler surtout que je ne le sens pas, il est vraiment trop à l'agonie et surtout, continue de couper ses traj' pour me garder derrière lui … ras le bol ! Sorti d'hôtel (il m'a encore coupé la traj), je remets du gaz et lui fais le freinage dans alpha, j'élargis pour ne pas le laisser repasser, mais bon, je sais qu'il est derrière moi et vu son style, je me dis qu'il faut vraiment que je mette les voiles si je ne veux pas qu'il me percute. La piste est propre devant moi, je mets du GROS gaz sur un tour et … DRAPEAU ROUGE … OK, je sors et commence à chercher le champion du monde pour lui dire ma façon de penser sur son attitude en piste ; je ne le trouve pas … Merde, c'est lui qui est au tas … nouvelle intervention des pompiers (une clavicule dans le sac). Photos n° 1259 a 1268 et 1275 a 1280 (dans la sortie :CAROLE 20 avril 2006 suite) … après il s'est mis au tas.

Fin de journée, reprise des roulages et arrivée de Stingvert à qui je prête ma belle , il est stressé mais je pense qu'il se fait plaisir, il enchaîne quelques tours, sort (encore une chute) et se remet direct en pré-grille ; il repart, il est mieux mais ne veut pas se mettre au tas et garde donc une marge de sécu . Il rentre et je reprends la bête. Il y a de moins en moins de monde sur la piste et à l'entrée du pif un gars en CBR-RR me fait l'inter (je l'ai repéré, il roule fort et propre). Je lui prends la roue sur 2 tours et PAF 1'09"07 Il commence à partir … son pote aussi en CBR-RR et qui roule aussi très fort, voire plus fort, me passe à son tour et GO, je reprends la roue et là... joie et bonheur... 1'08"72 … fin de journée pour moi, j'arrête. Stingvert reprend ma belle pour quelques tours avant que les comissaires sortent le drapeau à damier pour nous signifier la fin de journée.

On se change, charge la bête et puis c'est le petit tour habituel dans le paddock pour saluer les autres pilotes.

J'ai détruit mon pneu arrière - problème de réglages - mais je suis heureux !!! Super journée, merci a XLSister (mon tographe) pour les superbes photos et son aide dans l'intedance, à Poison qui m'a motivé à venir, à JC qui, à plusieurs reprises, est venu se caler devant moi pour me montrer sa traj' dans para (bin oui, je ne suis pas encore très à l'aise dans para) et merci à tous les autres pour cette excellente journée et, comme toujours, cette journée ne s'est pas déroulée sans que l'ne soit présent parmis nous.

Pis je fait un "tit" wink a mon coach.

Lundi 24 je remets ça


Première sortie officielle du ZX6RR   Mise à jour le 1144404953
Posté par *stinger38, le 07 avril 2006
 
Bon alors voilà, hier jeudi 6 avril, je faisais la première sortie officielle avec ma nouvelle monture (ZX6RR - 2004) et suite à la demande de FQCC, je vais essayer de vous faire un petit comparo de mes impressions par rapport à mon 7.

Arrivé au circuit à 13h30, il y a déjà beaucoup de monde (principalement des camions), ça sent l'entraînement pour le promosport rolleyes.gif ... enfin bref, je m'installe et descends le 6 de sa remorque, passage au bureau pour obtenir le "bracelet magique" (mais non, c'est pas un truc que Guy LUX vend, c'est juste le sésame pour accéder à la piste !)

14h et première session, c'est parti ... pour 7 tours, avant que les comissaires nous sortent le premier drapeau rouge de la journée (il y en aura d'autres sad ). Ben oui, y'en a déjà un au tas mais finalement ça m'arrange un peu, car je n'ai vraiment pas la condition (j'ai pris 5kg cet hiver mad.gif ) et comme je suis un grand sportif (1 paquet de cloppes/jour ... JSAG ), ben je suis bien content de sortir pour souffler. Un coup d'oeil rapide sur l'alfano pour me rendre compte que c'est loin d'être terrible ... 1'16 ... p'tain je suis à plus de 6" de mes chronos de l'année dernière

deuxième session : ben là, c'est vite vu  : 4 petits tours et ... drapeau rouge ... encore une gamelle ! grrr01.gif

Troisième session : ah enfin une session qui va à son terme ... mais pas Stinger, car au 2/3 de la session, je me fais une crampe dans la jambe droite et donc préfère sortir plutôt que de m'en mettre une ... mais malgré ça l'alfano m'annonce un 1'14". Ca progresse ...

Quatrième session : celle-là, je l'ai faite complètement et je passe toute la session à me dire : "respire ... respire ... respire ...". Résultat : pas de crampe et un petit 1'13"

Cinquième session : je commence à avoir chaud - tant mieux -, je commence à être bien, je prends confiance dans le ZX6RR ; c'est que c'est sacrément plus vif et plus joueur que le ZX7R ... pour exemple, dans para, avec le 7, tu le jetais et après tu pouvais le laisser faire sans aucune appréhension, je le dis et le répète un vrai rail le 7. Quant au 6, c'est comme un gosse turbulent : il faut être un peu plus sur ses gardes, mais bon, c'est loin d'être vicieux, ça nécessite juste un pilotage différent, d'autant que j'ai de gros problèmes avec les régimes (bin oui, j'ai l'habitude des gros cubes) et donc pas l'habitude de me retrouvé avec des "creux" à bas régime ... pas grave, je suis là pour apprendre mon 6 !

Sixième et septième session : j'ai pris la mesure du 6 et je commence à mettre du GAAAZ bien que je galère encore avec les rapports de boîte wacko.gif enfin, ça devient bon ; je tourne en 12 régul' mais j'ai encore du boulot, car suis encore à + de 2" de mes chronos, mais ça vient ... pour info, ça tournait en 04/05 pour les meilleurs blink.gif

Et pendant toutes ses sessions Professeur GWEN et élève PANGO font des ronds wink , je me fais une deux sessions avec eux, PANGO est pas mal dans son style, faudrait juste qu'il apprenne a "tourner autour du guidon", bref PANGO sort les épaules et tu verras le genou il va poser tout seul. Au bout de trois tours, je passe PANGO et recolle le Prof GWEN ; je lui prend la roue 2/3 tours et décide de voir ce que vaut un 6RR par rapport a 1 750 gex ... bin les enfant c'est tout vu ... sur place !!! je l'ai laissé sur place !!! whistling.gif j'exagère à peine laugh.gif mais bon je l'ai passé le gwen (sortie de para) et apparemment, il me tient en accél mad.gif , mais je m'en fous, je suis devant  banane et puis, dans le lent, je profite du dépassement des attardés pour le quitter définitivement.

Voilà, fin de journée, j'ai mal partout mais comme je suis un grand sportif laugh.gif la condition va vite revenir whistling.gif

Pour revenir à la comparaison 6 - 7, bin je dirais que le 7 est certe plus lourd mais tu es "dans la machine" alors qu'avec le 6 tu es posé dessus.
Le 6 est plus vif de réaction, moins la sensation d'avoir un rail qu'avec le 7, faut être plus vigilant !!!

Niveau moteur, bin je ne peu trop rien dire, c'est pas comparable... mais qu'est ce que je l'aime, mon 7 ... la preuve, il est en vente, mais j'ai pas envie de le vendre. Dis m'sieur KAWA, tu voudrais pas nous faire une descendante au ZX7R wub.gif
Plus d'infos, la prochaine sortie ....

La balade du président ....
Posté par stingvert, le 30 septembre 2005
 

Ben voilà, l'an dernier, j'avais bien aimé l'ambiance, le parcours, la bouffe et même l'ouvreur, son H2 et son pilotage ; j'en avais ramené de bons souvenirs alors je suis revenu cette année !

Cette année, c'est une crève mémorable que j'ai ramené! par contre, pour le reste

On m'avait dit :" tu verras, le président va sortir son RG et là, pour le suivre, faut être couillu !!!" alors j'ai affuté mon pilotage sur piste toute l'année.

Au bout du compte, soit j'ai fait des progrès, soit le RG avance pas, soit c'est le président qui, avec l'age.... bref, j'ai pas souvent passé la 3.....sauf quand il a piqué son missile à Alaingggg, mais boaf, c'était en ligne droite !!!

Alors pour l'année prochaine, je sais pas si je vais venir, ou alors va falloir qu'il se dépouille le Man-Gniaque et pis qu'il nous trouve de beaux paysages, parcequ'à l'allure à laquelle on a roulé cette année, j'ai eu le temps de voir que de côté là, c'était pas terrible...

Bon , enfin, heureux de vous avoir vu.....

HEEEE, MAIS NON, JE DEC****, C'ETAIT GEEEENIALLLLL, MAIS J'AIME BIEN CHAMBRER LE PRESIDENT, CA L'EMOUSTILLE, CA LE STIMULE...CA LUI FAIT REMETTRE DU GAZ (m'en fout, je dors pas dans sa piole)

Bref, vraiment heureux de cette superbe sortie, heureux de vous avoir vu ou revu, d'avoir pu parler de la région la plus arrosée de France, j'ai nommé COLROY LA ROCHE, et qu'ont soit tous revenus sur nos roues

Merci à toi Eric

Merci


La journée à Magny Cours par Stingvert
Posté par stingvert, le 12 avril 2005
 

Le TBC à Magny Cours

Merci M Pirelli de nous avoir invités à une si belle journée !



Le samedi, pendant que certains se faisaient dorer au chaud soleil du Tréport Laughing , d'autres ténébreux besogneux, les mains dans le camboui, préparaient les motos pour cette journée mémorable :
insatallation du bac récupérateur, diabolos de levages, embouts de guidons, changement du pot Remus homologué - bidouillé par un pot d'origine inconnue, mais complètement libre et à la sonorité envoutante.
Niveaux, contôle de la machine, nettoyage, pression des pneus, bref la totale.
Test et réalisation du chargement des 2 motos sur la remorque ( p'tain, c'est du sport Confused ) sanglage....bref, motos chargées sanglées prêtes à aller tâter du bitume de Magny Cours.

Debout 4h
Départ 5 h

Les "bonnes" routes de Seine et Marne nous permettant de tester le sanglage, 50 bornes plus loins et un re-sanglage en règle du ZX 7 R qui avait envie d'aller à Magny-Cours tout seul, nous avons pu enquiller l'autoroute (beurkkkk) sans autre soucis................mais un peu stressé quand même.

Arrivé au circuit à 8h, enregistrement des pilotes (j'arrive pas à me faire à l'idée que je suis un pilote Cool ) et, comme convenu au préalable avec la charmante hotesse de Pirelli, Yasmina, Stinger entreprend de faire changer ses pneus Michemin pour des Pirelli (et oui, c'est Pirelli qui invite, alors ils veulent que tout le monde roule pour eux Laughing )

Et là, ça commence à merder.

Normalement, première session à 9h30;
Il est déjà 9h quand le mécano de chez Pirelli nous apprend qu'il faut lui apporter les roues pour qu'il change les boudins, parcequ'il n'a pas de béquille et d'outillage pour démonter les roues Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Le prob, c'est que nous non plus Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Et à partir de là, la solidarité motarde se met en route ; l'un nous prête une béquille AR, l'autre une AV, un autre la clef spéciale pour démonter la roue AV, bref, super sympa Laughing .....................quand la machine à pneus tombe en panne Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

9h30, notre session part et pas nous Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Pas grâve, toute l'équipe Pirelli, vraiment super sympa se met en 4 pour arranger nos bidons, nous inscrit dans d'autres sessions etc.

La machine à pneu se remet en route, et on remonte juste à temps pour enquiller la session de 10h30.

Et là, comme les F1, comme les motos GP, tu entre dans la ligne des stands ; Feu rouge, puis vert et c'est parti .

1er tour pour chauffer les pneus (y en a qu'on des pneus qui chauffent plus vite que les notres !!! Rolling Eyes Rolling Eyes ) et GAAAAAAAAZZZZZZZZZZZZZ enfin gaazz, parceque c'est pas Carole !
http://www.cg58.fr/sports/circuit.htm pour une première session de 25 mn !!!!

La piste est 2 fois plus large, 2 fois plus longue aussi, les courbes sont ultra rapides, sauf l'épingle d'Adélaïde et une autre dont je ne connais pas le nom.

IMPRESSIONNNNNNANT

Et c'est à partir du second tour, en tapant dedans, qu'on se rend compte qu'il y a un vent, mais un vent, qui te soulève la moto, te la tourne et te la retourne.............Ho p'tain Confused Confused Confused

Et ça tourne, le circuit commence à être mémorisé, les trajos s'affinent, le TRX marche SUPER bien.

Son nouveau pot lui va comme un gant, enfin façon de parler hein ! et Stinger qui me suit (ben oui, je l'ai atomisé vous pensez) me mesure à 210 dans la ligne droite (enfin presque droite !) avant Adélaïde Laughing

Et elle chante, et elle pousse fort jusqu'à 8000 tours Twisted Evil (après c'est plus la peine, elle donne rien de mieux et passé 9000 : rupteur : Embarassed Confused

Par 2 fois, je sens le cul qui se dérobe doucement ; ALERTE, et pourtant je mets moins d'angle qu'à Carole, enfin c'est la sensation que j'ai, et puis la piste est tellement large que tu peux élargir (presque) à volonté ;

Bon, ben j'irais pas plus vite dans ces virages là, pour améliorer, va falloir soigner les trajos et rentrer encore plus le nez dans la bulle, retarder les freinages, ouvrir plus tôt..............

Oh le GSXR, mais je remonte sur lui, faut que je me le fasse ; c'est qu'il a plus de watts que moi le rascale, il pousse plus fort en ligne droite et il me pourri à l'accel.

Par contre, au pilotage Cool je dois pouvoir me le faire:
retarde ton freinage..........oh p'tain ça rrive vite quand même ; tombe la 3......ouf, c'est passé, maintenant j'suis dans sa roue, mais il accélère plus fort....j'vais lui faire l'exter dans le 180°, j'ai vu qu'il le prends trop intérieur, donc je serais sur une meilleure traj que lui en sortie, je freine plus tard et surtout BEAUCOUP Cool mieux que lui, j'arrondi bien mon entrée de courbe et j'ouvre en douceur puis de plus en plus fort avant lui.............et ça le fait, je suis une longueur devant quand on arrive au freinage suivant et là, je le lache définitivement ..........en étant moi même déposé par la droite et par la gauche par une bande de furieux Twisted Evil sont barges ces mecs là !!! t'as vu à quelle vitesse ils roulent !!!Pffff

Tient, un feu rouge Shocked Shocked Shocked , ..........oh p'tain le feu rouge, fin de session, déjà !!! non enfin !!! parceque ça fait 25 mn que je tourne et je suis en apnée quasi permanente Confused

Et Stinger ?

Ben j'ai dû le lacher, y a longtemps que je l'ai plus vu Laughing

Hoooo !!!! Mais , il a pris un racourci ou quoi, il est déjà rentré au stand Shocked

Hein, tu m'as doublé dans le second tour ?
T'étais à 2.45 quand tu m'as déposé?

J'me souviens pô Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes

Bref que du bonheur

12h30, seconde session et toujours le même panard, les mêmes lambins ( enfin 2 que j'ai réussi à doubler inter /exter) les mêmes barjos .........et le vent qui souffle encore plus fort, et qui me soulève miss TRX en sortie d'épingle Confused Confused Confused les 2 roues partent (heureusement, ça va pas vite , enfin pour moi, à cet endroit) et je mets le pied, comme en enduro, comme quoi ça sert à la formation du motard le TT, pour redresser la moto et me sauver la mise par la même occasion Embarassed Embarassed Embarassed

Ben bizarement, les virages suivant arrivent beaucoup moins vite, et je trouve qu'il fait beaucoup plus chaud que tout à l'heure Rolling Eyes Rolling Eyes

On prend un casse croute vite fait et on se prépare pour la troisième session à 14h30

J'ai bien du en doubler encore un ou deux, mais bon, il faut avouer que le pilote est pas encore au top et que miss TRX n'est pas vraiment faite pour ce genre de circuits qui nécessitnet beaucoup de puissance.

Accélérations franches, bon couple, très (trop) légère, bons freins (après mes premiers tours je trouvais que le freinage manquait d'endurance, mais après, je freinais moins souvent, donc les freins avaient le temps de refroidir) très maniable, suspensions bien accordées mais fourche certainement trop souple magré un réglage maxi, manque d'allonge, de vitesse de pointe et de stabilité à haute vitesse (mais il y avait vraiment un vent très violent)

Les pneus sont, je pense limite en adhérence sur circuit, en tous cas Magny Cours ; ils boulochent beaucoup moins qu'à Carole sur les bords et surtout beaucoup moins que les super-corsa de Stinger

Bref super moto pour des tourniquets comme Carole, mais un peu limite sut des grands circuits.

Pour ma part, je ne vois pas de modifs à faire pour améliorer ou modifier son comportment ; elle est au top et le pot a permis de la libérer complètement et de la faire chanter :Marinellaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Twisted Evil Laughing
Mais reprenons le cours de l'histoire, Zem qui nous avait rejoint entre temps (départ de Paris 12h, arrivé au circuit 14h20 ; je dis Mossieur Zem Cool ) enfourche la belle pour sa première session à 15h.

Avec Stinger, on est en bordure de la ligne droite des stands pour les photos et les chronos.

Premier tour chrono ; 2.27 ; pas mal pour qq'un qui découvre le circuit
Second tour : 2.21 oh p'tain , Stinger tourne en 2.12 avec son 750 et moi en 2.26 (mais j'ai du tourner plus vite dans la seconde session Twisted Evil qui elle n'a pas été chronométrée)

Troisième tours.........................feu rouge, les motos rentre au pit lane ......et pas de TRX !!! Ca sent pas bon

Je me rencarde, un gars me dit :" ça à pas l'air grave, c'est LE TRX noir qui s'est couché dans le 180 °et le pilote à pas l'air bléssé"

Bon c'est toujours ça Confused

Et merde !!! Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Bon pour la suite, je laisse le soin à ZEM de raconter.

Stinger à encore fait une session pour le fun, soit un total de 200 km de circuit dans la journée, on a rembalé et le voyage retour n'a été qu'un TRES long virage suivi d'une TRES longue accel en sortie d'Adélaïde.

Merci M Pirelli Laughing Laughing Laughing
Merci le TBC Laughing Laughing Laughing

Ah, au fait, le TRX dispose d'un capital sympathie sans égal dans le paddock; on est vite repéré avec cette moto, belle bien sur, mais hors norme et presque d'un autre age et ça aussi, c'est vraiment super sympa Laughing

Je vous souhaite à tous de pouvoir en profiter lors de la prochaine session du 22 juin à Carole.

Compteur du siteFlux RSS de Ange VertContacter Stingmaster copyright © 2005-2017